News Alert

Alassane Ouattara et les forces nouvelles : l’histoire d’une incroyable ingratitude sans fin !

AUTEUR   SOURCE
Alassane Ouattara et les forces nouvelles : l’histoire d’une incroyable ingratitude sans fin !

Plus les jours avancent, l’unité politique du RDR semble être attaquée dans ses fondements importants. La raison de cette montée de tension dans la case est la prétendue ingratitude dont seraient victimes les forces nouvelles selon plusieurs de leurs sorties médiatiques. A bien regarder, Soro Guillaume, le jeune homme tel que défini par Alassane Ouattara, et la “sorosphere” sont en plein dans la manipulation. Selon eux, le pouvoir ne leur reconnait le rôle qu’ils auraient joué pour l’ascension au pouvoir du candidat Ouattara. Nous nous sommes intéressés de prêt à ce sujet qui passionne et divise. Il est aisé et facile de noter que la méthode utilisée est de faire passer la victime pour le bourreau et vice-versa. La réalité implacable de notre analyse est que ce sont les rebelles venus de Bouake, au sein des forces nouvelles qui ont démontré ingratitude et déni envers Alassane Ouattara depuis 2011. Nous avons essayé de compiler une liste incomplète de la réalité, qui démontre combien de fois Alassane Ouattara est celui même qui a prêté une oreille attentive aux espoirs des rebelles. Les actes posés par Alassane Ouattara pour accommoder la colonne d’Ali Baba sont immenses et sans limite. Les cas les plus stridents sont développés plus en bas.


Le Burkina Faso traverse une transition militaire suite à la chute du président Blaise Compaoré. L’ex premier ministre de Côte d’Ivoire et président du parlement est pris dans la mêlée burkinabé avec ce qu’on a qualifié de l’affaire des « écoutes téléphoniques ». Dans ces écoutes, c’est un Guillaume Soro, très créatif à la limite de l’inimaginable, qui instruit le général Burkinabè Djibril Bassole, ancien bras droit du président déchu et prétendant à sa succession, sur les voies et moyens pour renverser du pouvoir la transition civilo-militaire au pays des hommes intègres. L’affaire éclate contre toute attente, les relations entre la Côte d’Ivoire et le Burina très bonnes depuis toujours connaissent un refroidissement historique. Le pouvoir d’Abidjan est dans la gêne, exposé par la deuxième personnalité du pays à l’époque, et l’embarras. Toutefois, Alassane Ouattara choisit de soutenir le président de son parlement contre vents et marées. Il expose en quelque sorte son pouvoir dans la seule volonté de sauver son turbulent de poulain. Il actionne la voie diplomatique et désamorce une bombe aux conséquences multiples et inconnues pour les deux pays en cas de conflit ouvert. Le Burkina et la Cote d’Ivoire ce sont des millions de personnes en commun et des milliards de chiffre en termes d’échanges commerciaux. Guillaume Soro peut respirer grâce à Ouattara qu’il fait vilipender aujourd’hui. Pris la main dans le sac, il doit son salut au président Ouattara. Remerciement ? c’est trop demandé à Guillaume Soro qui peut être n’avait pas pensé à l’humilité (?) dont il parle aujourd’hui, et dont il devrait se servir pour aller dire merci à un père surement déçu des agissements lugubres de son chef de parlement.  

A cette affaire, il faudra se souvenir de l’affaire « Michel Gbagbo ». Une affaire qui a permis au président du parlement Ivoirien de peser, de mesurer, la force son carnet d’adresses dans l’hexagone et de celui de ses multiples conseillers, qui se sont avérés inopérants dans une simple affaire de justice. C’est donc, un Soro Guillaume, seule face à son destin sur le sol français qui sera sauvé in-extrémis encore et toujours par Alassane Ouattara. Oui, le président du parlement a pu regagner Abidjan, revoir les siens grâce à l’appui et à l’action du premier des Ivoiriens. Ce que Guillaume Soro ne dit pas à ses supporters aveuglés et bourrés d’intox est que c’est grâce à la voiture sécurisée mise à sa disposition par Ouattara qu’il a pu rejoindre les locaux de l’ambassade de notre pays à Paris. C’est encore grâce au pouvoir dit ingrat que Soro Guillaume a pu regagner l’avion affrété pour sa « fuite » vers la Côte d’Ivoire, en le faisant transporter dans une voiture diplomatique de l’ambassade jusqu’au pied de l’avion. En réalité, Soro Guillaume serait en face de la justice française n’eut été la dextérité et la pitié du président Ouattara, qui au-delà de la politique a dû comprendre le désarroi d’un fils, fut-il président du parlement, dans l’hexagone. Là encore, Ouattara n’a pas eu droit à un simple merci. Soro est même rentré sous la mensongère campagne que l’état Ivoirien ne l’avait pas soutenu. Tout le contraire.

Sur le plan politique, suite aux accords politiques entre le Pdci et le Rdr, Alassane Ouattara a dérogé à une de ses règles qui est de tout mettre en œuvre pour qu’une promesse soit exécutée. C’est ainsi qu’en faveur de la crise postélectorale, Alassane Ouattara est obligé d’informer le pdci que ce sera Guillaume Soro qui sera premier ministre, le cœur lourd. Il occupera le poste jusqu’en Avril 2012. Quand est venu le moment de mettre en application l’accord selon lequel le Pdci occuperait la primature, c’est avec surprise que le président s’est frotté à la « résistance » de Guillaume Soro, très amer, qui ne voulait pas quitter la primature qu’il considérait comme son due. Il a fallu l’intervention et l’injonction de Blaise Compaoré pour ramollir le secrétaire général des forces nouvelles déjà engagé dans une campagne, un bras de fer pour un poste nominatif. Jusqu’à ce que nous écrivions, jamais Soro Guillaume n’a marqué aucune gratitude envers le chef de l’état pour avoir fait de lui son premier premier ministre. L’ingrat c’est qui ? nous nous rappelons encore, le départ sur fond de proverbes de celui-là qui deviendra quelques temps après le président du parlement Ivoirien. Le plus jeune de notre histoire. Oui, a 39 ans, contre la loi fondamentale de notre pays, Alassane Ouattara, encore à la tête du RDR avait forcé l’ascension de Guillaume Soro au-devant de l’hémicycle. Il lui avait ouvert la route sur recommandations du président Blaise Compaoré afin de lui trouver un point de chute. Cependant, celui qui n’aurait pas bénéficier du pouvoir Ouattara serait Soro Guillaume selon les officines qui lui seraient proches. Dans ce jeu, cette propagande nauséabonde et gênante, les acolytes de Guillaume Soro ne sont pas en reste. En fait, c’est une symphonie écrite ensemble par les pontes des ex rebelles dans l’optique de faire du chantage politique pour toujours et mieux manger. Les ivoiriens l’oublient généralement mais c’est grâce à Ouattara que Konate Sidiki, Affoussiata Bamba Lamine, Alain Lobognon seront fait ministres. Comme on le dit dans le jargon ivoirien, Ouattara en plus de faire Soro Premier Ministre, Président du Parlement, a fait du premier cercle de Guillaume des ministres avec le rôle de premier choix et phare de porte-parole du gouvernement confié à la toute nouvelle ministre de la communication Affoussiata Bamba. A ce groupe de ministres, il faudra ajouter divers nombres de nominations en guise de remerciements aux forces nouvelles. On peut citer pêlemêle Fatou Traore au conseil économique et social, Mamadou Traore comme Directeur General de l’INFAS, Meite Sindou secrétaire national aux renforcements des capacités, Issiaka Fofana Directeur General de la Lonaci. A ceux-ci faudra-t-il rappeler à la mémoire nationale ce que sont devenus les chefs de guerre aujourd’hui dans notre armée nationale ? Alassane Ouattara a permis à ces chefs de guerre de gagner plus de 10 ans de carrière en moins de 5 ans. Ils sont dans leur grande majorité colonel-major, et ou chef de corpus pour d’autres. Les promotions jusqu’à ce jour continuent en silence. Et donc en silence, les forces nouvelles mangent sans oublier de roter. Les sous-officiers qui aujourd’hui sont sergent-chef l’ont été grâce à Ouattara puisque nous savons tous ici, que Laurent Gbagbo bien qu’ayant signé les accords de Ouagadougou les aurait remis en cause de façon personnelle ou sous la pression des caciques de son parti après une victoire électorale qu’il n’aura pas heureusement. Il faut être Alassane Ouattara pour être aussi gentil même quand on sait que ceux qu’on a nommés ne diront jamais merci. Vous savez quoi ? la largesse de Ouattara ne s’arrêtera pas à Guillaume Soro et son premier cercle. Ce seront trois milles (3000) agents des forces nouvelles, que Ouattara accueillera dans l’administration de cœur joie, au nom d’un accord politique, qui aurait dû être relu et revissé, auront leurs décrets d’intégration dument signés. C’est ainsi que des personnes comme Félicien Sekongo, sans qualification adéquate, se font des fins du mois honorables au trésor. Est-ce la faute à Ouattara si ceux qui devraient figurer sur la liste des forces nouvelles pour l’administration ont été omis au profit de copines, frères, cousins, amis et alliés de tout acabit ou contre espèces sonnantes ? le copinage dans le recrutement de ceux qui devraient répondre au nom des forces nouvelles dans l’administration n’incombant pas au président mais à Soro Guillaume et son cabinet. A la surprise générale, dès qu’un d’entre eux est demis, c’est Ouattara qu’on accuse en omettant de dire à nos interlocuteurs que c’est le même Ouattara qui les avait nommés. De façon ironique, il a été remarqué de lire des notes de remerciements envers Soro Guillaume à la suite d’un décret présidentiel de nominations, pris en conseil de ministres ou il ne siège pas et de l’exclure des accusations de limogeage pour le même poste. Pour dire que c’est seulement à la suite de leur renvoi respectif qu’on apprend que c’est le président Ouattara qui les avait nommés et non le président du parlement comme véhiculé maladroitement et a satiété. C’est de la mauvaise foi tout simplement. La plupart de ceux qui ont été demis, l’ont été suite à des incapacités ou des incompatibilités dans l’exercice de leurs fonctions.  

Nous nous arrêtons là pour cet article. La liste des bienfaits d’Alassane Ouattara envers les forces nouvelles, par commencer par Soro Guillaume lui-même ne peut être couverte dans un seul article. Il est bon de se poser la question suivante : d’où vient donc cette malencontreuse idée de vouloir faire d’ADO un être, un père ingrat ? surement la volonté de Soro Guillaume de camper le rôle de Brutus pour exister. Nous disons Non au parricide de façon ferme !

La rédaction

Lementor.net

Last 5 posts by admin

contact: dp@lementor.net / radio@lementor.net / tv@lementor.net / infos@lementor.net TEL: London:
00 44 7 404 14 12 84 and Ivory Coast: 00 225 01 12 93 78

Copyright © 2012 by LEMENTOR.NET. All Rights Reserved Lementor.net part of Lementorgroup23 Limited.
Show Buttons
Hide Buttons
Web Design BangladeshBangladesh Online Market