Amnistie, réconciliation, recomposition de la Cei…du jamais vu !

0
73

L’ex-première dame de Côte d’Ivoire, Simone Gbagbo, sera en liberté ce mercredi 08 aout. Ainsi en a décidé le chef de l’Etat, Alassane Ouattara. Pour une des rares fois, toute la classe politique ivoirienne, y compris l’opposition a applaudit ce discours rassembleur et réconciliateur du Président de la république à l’occasion du 58e anniversaire de l’accession du pays à l’indépendance du pays.

En plus de Simone Gbagbo, 800 autres personnes, issues de l’ancienne majorité présidentielle, ont bénéficié de la grâce présidentielle. Pour un acte fort, c’en est un. On peut le dire, Ouattara a fait un grand sacrifice de le sens de la réconciliation des ivoiriens. Cette amnistie accordée aux partisans de Laurent Gbagbo, contribuera, sans aucun doute à relancer le processus de réconciliation en panne depuis quelques années. Cette décision du numéro 1 ivoirien coupe visiblement l’herbe sous les pieds de ses détracteurs qui présentent la Côte d’Ivoire comme un pays où la démocratie n’existe qu’en apparence et où les droits de l’Homme sont bafoués. C’est le cas, par exemple, de ce dernier supposé rapport de l’Union européenne (UE) qui relève une dérive autoritaire dans la gestion du président. En tout cas, le président Alassane Ouattara aura fait sa part.

Reste maintenant à espérer que les uns et les autres feront leur part pour que les Ivoiriens puissent se réconcilier. Ces partisans de Laurent Gbagbo, une fois libérés doivent travailler à aider le gouvernement à mener à bien sa politique de cohésion nationale. Beaucoup attendent ainsi avec impatience l’attitude de l’ex-première dame Simone. « Simone Gbagbo doit pardonner, demander pardon et se mettre au service des autorités ivoiriennes pour une réconciliation vraie des ivoiriens. C’est à cette condition qu’elle sortira grande », estime un observateur politique. Les partisans de l’ex-président ne sont pas les seuls bénéficiaires de la grâce du Chef de l’Etat. Ceux du président de l’Assemblée Nationale, Guillaume Soro ont vu leur camarade Souleymane Kamaraté dit Soul To Soul libéré. Là encore, le Chef de l’Etat aura apaisé les esprits et tempéré les ardeurs. Les remarques et autres critiques d’une frange de la population ivoirienne et même de la communauté internationale relativement à la composition de la Commission Electorale Indépendante a été pris en compte par l’exécutif ivoirien. Le gouvernement va travailler à réexaminer l’institution électorale. Autant d’actes forts qui viennent clouer le bec aux esprits chagrins. Simplement du jamais vu !

Auteur : La rédaction

Source : Lementor.net

Commentaires facebook

Mettez votre commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here