Assomption à Raviart Le Président du Sénat, Jeannot Ahoussou Kouadio invite les leaders politiques à plus d’humilité

0
111

Faisons nôtres les valeurs de dialogue, de pardon, de partage et de don de soi qui fondent l’Houphouétisme dont nous nous réclamons tous… »
Il est devenu une tradition pour le Président du Sénat, Jeannot AHOUSSOU-KOUADIO. Des années durant, il s’est familiarisé à la date du 15 août, fête de l’Assomption de Marie, mère de Jésus. Comme chaque année, à l’occasion de la veillée mariale, il était aux côtés des siens mais surtout des milliers de fidèles chrétiens venus de partout la Côte d’Ivoire, pour prier et louer Dieu à travers de la célébration de la Vierge Marie à Raviart au Sanctuaire Notre Dame de la Divine Miséricorde. « C’est ma période d’introspection spirituelle, ma période où je me revisite en demandant à la Maman Marie de m’accompagner dans ces moments de quête de spiritualité. Comprenez donc qu’on ne peut qu’admirer la Vierge Marie, la magnifier et suivre son modèle d’humilité, elle qui est la mère du Christ le Dieu vivant. Je crois que les problèmes que nous les hommes nous vivons sur cette terre et particulièrement la Côte d’Ivoire, au niveau politique, c’est le manque d’humilité. Je voudrais donc inviter tous les leaders politiques à se laisser habiter par l’humilité de la Vierge Marie. Car sans humilité nous ne pouvons pas grandir. Celle même qui a eu à porter le Dieu vivant est restée toujours au service de l’humanité, se montrant toujours humble. Alors j’en appelle à l’humilité des ivoiriens pour que le prince de la paix qui est Jésus Christ puisse nous habiter et nous amener à apporter la paix aux ivoiriens… » a-t-il laissé entendre avant de poursuivre « Effectivement je suis venu dire merci à la Vierge Marie. Merci parce que j’ai été élu sénateur, ensuite président du premier Sénat ivoirien. Je suis venu lui confier le Sénat de Côte d’Ivoire pour qu’elle puisse m’accompagner en toutes circonstances, dans mes réflexions, dans mes analyses, pour que le discernement puisse présider tout ce que je fais, tous les actes que je pose, les paroles que je prononce, tous les discours que je fais. », a-t-il confié relevant ceci « J’ai confié aussi le Président Henri Konan Bédié, le Président Alassane Ouattara et toute la Côte d’Ivoire, avec ses leaders politiques à la Vierge Marie. Parce qu’on dit dans la tradition chrétienne et même ivoirienne qu’il faut passer par la mère pour aller au fils, pour que l’esprit de paix puisse nous revisiter pour qu’ensemble nous puissions créer le minimum de consensus national pour gérer la Côte d’Ivoire avec ses 25 millions d’habitants… » Et de signifier ceci « Vous savez qu’il y a de grands pays de consensus tels que les Etats Unis, la Suisse et tout près de nous, le Ghana qui est un modèle de consensus national. Pourquoi ne pas arriver au consensus en Côte d’Ivoire pour gérer le pays paisiblement ? » s’est-il interrogé avant de revenir sur l’actualité politique des derniers moments, « j’observe ces derniers temps, que l’horizon devient illisible, et même sombre, nous sommes partagés, divisés, on s’interroge, la peur, les inquiétudes habitent tous les ivoiriens de tous bords politiques. Que ce soit ceux du Pdci, du Rdr, du Fpi et des autres partis. Est-ce que nous voulons vraiment vivre ensemble ? Si oui, comment le faire ? Je crois qu’il faut se laisser conduire par l’Esprit saint, il faut l’invoquer tous les jours, lui demander de nous inspirer et de nous conduire résolument vers la paix… »

Se référant au Président Félix Houphouët-Boigny, cité par tous les leaders politiques, le premier Président du Sénat ivoirien, a lancé cet autre message digne d’intérêt «Nous citons souvent le Président Félix Houphouët-Boigny, qui a été un modèle de consensus, il a réussi dans des conditions plus difficiles que les nôtres aujourd’hui. La Côte d’Ivoire dans les années 60 était un pays pauvre, absolument pauvre, sans ressources humaines, sans ressources financières, mais avec cela il a pu créer le consensus national. Et si nous parlons de Félix Houphouët-Boigny c’est parce qu’il a pu créer le consensus national en Côte d’Ivoire. Ce consensus a été rompu en 1990 avec le multipartisme mais je crois que ses héritiers gagneraient à revisiter le Président Houphouët-Boigny. Pour y arriver, faisons nôtres les valeurs de dialogue, de pardon, de partage et de don de soi qui fondent l’Houphouétisme dont nous nous réclamons tous. C’est ensemble, dans l’harmonie des cœurs et des esprits que nous devons créer le minimum de consensus comme les ghanéens l’ont réussi. En effet au Ghana, chaque 10 ans l’alternance se fait entre les deux grands partis et cela est admis dans la conscience nationale et même dans le subconscient de tous les ghanéens. Tout le monde l’admet chaque parti vient à la tête de l’Etat, apporte sa petite pierre pour faire grandir le Ghana qui est aujourd’hui un modèle de démocratie apaisée. » a-t-il souligné avant d’émettre ce vœu « Nous voulons que la politique en Côte d’Ivoire soit apaisée, que la démocratie soit apaisée, que les esprits soient apaisés, et que la richesse que nous créons puissent être partagée dans un esprit apaisé. J’ai demandé tout cela à la Vierge Marie pour qu’elle adresse cela à son fils Jésus pour que les ivoiriens puissent aborder ces moments difficiles dans la paix des cœurs et surtout avec beaucoup d’humilité. Dans nos partis politiques, nous sommes trop dans nos certitudes or aucune certitude n’est absolue, tout passe sur cette terre des hommes. » a-t-il rappelé.

Auteur :

Source :

Commentaires facebook

Mettez votre commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here