Elections locales du 13 octobre: La jeunesse EDS menace de perturber le scrutin

0
6

La jeunesse EDS (Ensemble pour la démocratie et la souveraineté), veut perturber la bonne tenue des élections locales prévues pour le 16 octobre prochain. C’est au cours d’un meeting ce samedi 15 septembre à Cocody, que cette jeunesse de l’opposition a annoncé le mot d’ordre. Encouragé et soutenus par la jeunesse du Pdci représenté par son président, Innocent Yao, ils exigent la réforme  de la CEi et la libération des prisonniers militaires.

« Ouattara veut nous écraser, nous les pauvres. Si nous ne nous levons pas pour revendiquer notre dignité, ils vont nous écraser. Nous devons nous lever pour aller au combat. Et le combat qui nous attend, c’est celui de la CEI. On veut simplement une nouvelle CEI. Youssouf Bakayoko ne peut pas conduire le destin électoral de la Côte d’Ivoire. Alassane Ouattara ne peut pas annoncer la refonte de la CEI à son discours à la nation et venir se dédire, nous ne pouvons pas accepter ça. Le peuple va le contraindre Ouattara à refonder la CEI. Si nous n’avons pas une nouvelle CEI, ce n’est pas évident que nous ayons les élections le 13 octobre », a prévu Koua Justin.

Les leaders de la JEDS recommande par ailleurs au gouvernement, un cadre de dialogue avec l’opposition. L’heure selon eux a sonné pour que les ivoiriens se rassemblent pour prendre en main leur destin.  « Si Ouattara n’appelle pas l’opposition à la discussion, il sera dépassé par les évènements. Nous allons le conduire à sa dernière demeure s’il ne réforme pas la CEI. Si Ouattara nous invite au combat, nous allons aller au combat. Nous allons lui faire porter ses habits de deuil. L’heure a sonné pour que les Ivoiriens se rassemblent pour conduire leur destin. Nous appelons au rassemblement pour sauver la Côte d’Ivoire », a-t-il poursuivi, avant d’ajouter. 

« Partout où nous aurons l’occasion de prendre le micro, nous allons exiger la libération de Dogbo Blé et des prisonniers militaires. On ne peut pas prendre une loi d’amnistie pour libérer des prisonniers politiques et maintenir encore des prisonniers politiques. On demande à Alassane Ouattara de libérer les prisonniers militaires. On ne va pas à la Mecque pour mentir aux Ivoiriens. Il faut qu’Alassane Ouattara termine ce qu’il a commencé. Notre mission c’est qu’il y ait zéro prisonnier militaire en Côte d’ Ivoire. L’ordonnance d’Alassane Ouattara montre qu’il y a deux types d’Ivoiriens en Côte d’Ivoire. Il y a la catégorie des bourgeois comme Ouattara et celle des pauvres. On ne peut pas se soigner parce que la santé est privatisée. Pendant que les Ivoiriens meurent de faim, eux ils se baladent à Assinie », a-t-il fait remarquer.

Auteur : Cheick Diawara

Source : Lementor.net

Commentaires facebook

Mettez votre commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here